vendredi 24 décembre 2010

La princesse de Montpensier - Bertrand Tavernier, 2010

Nous sommes à la moitié du XVIIe siècle. Marie de Mézières (Mélanie Thierry, trop pintade à mon goût) est une jeune fille dont le destin va se jouer en fonction de deux paramètres dont elle n'est en rien responsable, et sur lesquels elle n'a aucune prise. 
D'abord sa beauté, qui fait qu'elle est courtisée par certains des hommes les plus importants de la France de son temps, au premier rang desquels le Henri de Guise (Gaspard Ulliel), qu'elle aime en retour quoiqu'elle soit implicitement promise à son jeune frère. Second facteur fatidique, l'importance stratégique revêtue par la richesse des Mézières face à l'irritant ascendant des Guise à la cour, et qui détermine le mariage de Marie au jeune prince de Montpensier (Grégoire Leprince-Ringuet; la fadeur extrême de ce comédien dans ce rôle nous fait très vite comprendre que le mariage sera malheureux et l'adultère avec le beaucoup plus "rock" de Guise, désirable - NdA). 



La jeune princesse de Montpensier n'est guère plus qu'une enfant un peu fruste lorsqu'elle est contrainte à étouffer les élans de son cœur pour épouser Montpensier. Très vite cependant, son amitié avec le très savant comte de Chabannes (Lambert Wilson, qui vieillit décidément très bien), un noble en disgrâce accueilli au château, la rend plus apte à tenir son rang, à accomplir les devoirs attendus d'elle.... et à attirer l'attention du puissant duc d'Anjou (Raphaël Personnaz, excellent dans son ambiguïté), qui est frère du roi et compte par ailleurs.... Henri de Guise dans son entourage. Anjou sait qu'il ne peut avoir Marie mais est tout aussi conscient qu'il peut, à tout le moins, glisser des obstacles infranchissables sur le chemin (apparemment tout tracé) qui mènerait de Guise à la couche de la jeune femme. Tandis le prince de Montpensier s'éveille, sinon à l'amour, du moins à la jalousie devant tant d'attentions accordées à celel qui n'était guère plus qu'un pion, qu'une possession de plus, jusque-là....



La reconstitution historique est merveilleusement exécutée (hou là, vous dites-vous, lorsqu'on commence par ce point-là, c'est mauvais signe... et je ne vous donne pas totalement tort) et Tavernier est bon pédagogue en nous expliquant à quel point son héroïne est instrumentalisée dans un jeu d'influences complexe et cruel. Tout cela serait parfait si effectivement Marie de Montpensier s'extrayait réellement de ce carcan, prenait vie et flamme (au moins en pensée) et faisait que l'on puisse s'attacher à elle, souffrir de l'injustice de sa condition. Je ne demande pas que Tavernier en fasse, de manière anachronique, une icône féministe qui s'ignore - tout de même pas. Mais qu'on voit autre chose à l'écran qu'une fille banalement incapable de se déprendre de son premier amour, et prenant pour cette raison toutes les mauvaises décisions, de celles qui peuvent lui faire tout perdre et faire s'éloigner les rares personnes qui la soutiennent. Faute d'avoir accès à son intériorité, faute d'apercevoir autre chose qu'une impulsivité naïve dans la plupart de ces mouvements, Marie me semble au mieux étourdie et un peu superficielle, au pire capricieuse (soyons clairs, Montpensier est falot mais elle aurait pu plus mal tomber, et de Guise est franchement trop show-off pour être fiable). En outre, les péripéties de la seconde heure du film sont excessivement étirées, ce qui fait que, de lassitude, j'ai passé la dernière demi-heure à jouer à retrouver les personnages de La Reine Margot dans les jeunesses de La princesse de Montpensier, qui le précède dans la chronologie des évènements présentés en toile de fond.


Aucun commentaire: