samedi 31 décembre 2011

Récap' ou pas cap' de 2011

Quelle drôle de bestiole que cette année 2011! Je ne sais pas pour vous, mais dans mon année il y avait de tout, dans un désordre absolu: la grosse déprime et l'exaltation maniaque, le chef-d’œuvre à la mode en carton moisi et le petit joyau, et entre tout cela quand même pas mal de mornes plaines et d'attentes pas toujours récompensées (et je ne parle pas seulement de cinéma... quoique le cinéma ne soit justement pas que du cinéma pour ceux qui l'aiment).

Ce qui me surprend lorsque je sors ma calculette, c'est qu'en dépit de cette impression d'année un peu creuse (entre deux paroxysmes épuisants), j'ai tout de même réussi à voir 132 films, soit à peu près autant qu'en 2010 (mon engouement récent pour certaines séries TV américaines n'a donc pas tout écrasé sur son passage). Dont 23 en salles, à peu près pareil que l'année précédente. Comme quoi l'impression globale qu'on retire peut être trompeuse, peut-être que c'est simplement le fait d'avoir manqué de temps libre pour entretenir ce blog qui me trompe? Je trouve aussi très réconfortant de constater qu'en dépit d'une tendance plus marquée au re-visionnage (les périodes difficiles traversées ayant motivé un repli vers les films-doudous), 58% des films étaient des découvertes. Curiosité et envie pas mortes!

Alors 2011, si c'était....


... un retour en enfance: Pleurer ma race devant la fin de King Kong, version Peter Jackson. Parce que lorsque votre Jack était encore bambina, elle avait déjà chialé d'importance devant la version (pourtant pas très bonne) de John Guillermin (et découvert l'érotisme lorsque le gros doigt de Kong tentait de déshabiller la délicate Jessica Lange, d'où son goût ultérieur pour les mâles poilus?). Ne riez pas, je ne savais même pas à l'époque que l'original de Cooper et Schoedsack était tellement magistral qu'il annihilerait d'avance jusqu'au moindre rêve de remake pour des décennies. And along came Mr Jackson. Le gars qui m'avait collé un frisson quasi-mystique en matérialisant les colosses de l'Argonath (et le Balrog, et Minas Tirith...) dans son adaptation du Seigneur des Anneaux. Et boum.

... des familles tellement horribles que je me dis que, finalement, je m'en sors pas mal avec la mienne: La doucereuse Janine Cody (Jacki Weaver) de Animal kingdom qui règne, telle une Mamy Nova sortie de l'enfer, sur sa famille de truands de Melbourne à coup de "sweetheart" suintants de menaces. L'Erica Sayers (Barbara Hershey, splendide dans Hannah et ses sœurs, aujourd'hui sévèrement botoxée) complètement secouée de Black swan, qui dénie à sa fille toute vie privée et toute féminité adulte (très proche en cela de la Margaret White de Carrie, la religion en moins). Le gynécée white trash mené par Alice Ward (Melissa Leo), quasi-maquerelle de ses boxeurs de fils dans le finalement très décevant The fighter.

... une mauvaise idée (de voir ce film trois mois après Fukushima): J'ai été pétrifiée par La bombe, docu-fiction réalisé pour la BBC par Peter Watkins. Une guerre nucléaire a éclaté et l'Angleterre est ravagée, l'impréparation des pouvoirs publics et l'insuffisance des moyens mis en œuvre concourant à aggraver la situation déjà dramatique. Watkins nous immerge dans la situation, entre les interviews des sinistrés et le déroulement méthodique, en voix off, de glaciales statistiques. Le résultat est terrifiant (en plus d'être cinématographiquement puissant), surtout après le festival d'incompétence et de désinformation auquel nous avons assisté suite à la catastrophe japonaise. La bombe c'était en 1965, ça pourrait être n'importe quand.

... un Marcello, et un seul: Mariage à l'italienne (De Sica), Divorce à l'italienne (Germi), Le bel Antonio (Bolognini), Mastroianni déconstruit le mâle italien iconique et expose ses névroses et sa veulerie profonde. Il est mélancolique, il est canaille, il est sublime. Punaise, je suis née trop tard.

... des grandes envolées de pas-grand-chose: Périodiquement, ça ne peut pas louper, les critiques et/ou la presse et/ou le public s'emballent pour un film et on s'en prend ras le schtroumpf de leur dernière tocade, y'en a plein les plateaux télé, les émissions de radio, la presse écrite, et avant qu'on ait pu dire "Billy Wilder" la vedette du film est devenue l'égérie d'un parfumeur/horloger/constructeur automobile. J'ai pu voir cette année quelques-uns des objets de cette affection (quelque peu démesurée), et force m'a été de conclure que bof, en ce qui me concerne. Tel fut le cas pour Black swan (parce que j'ai jamais rêvé d'être ballerine? parce que Natalie Portman, une fois amaigrie, est moche? parce que Les chaussons rouges, bordel?), The fighter (Mark Wahlberg est la seule bonne chose du film, on a envie de lui offrir l'asile politique), The artist (de la belle ouvrage, des hommages futés, mais c'est pas Les feux de la rampe ni Sunset Boulevard non plus), The social network (c'est pas avec un film aussi inintéressant que je vais me mettre à Fessebouc), Le discours d'un roi (mon Colin Firth chéri a eu l'Oscar pour ça, this must be a joke), Le tambour (Palme d'Or 1979 ex-æquo avec Apocalypse now, Oscar du meilleur film étranger; déclenche une envie irrépressible de se faire ligaturer les trompes). Autant en emporte le buzz.

... un qu'a failli être le film de l'année: Dans The tree of life de Terrence Malick, il y a tous les ingrédients d'un chef-d’œuvre, et plus encore, il y a de vrais morceaux de grâce dedans (et lorsque je dis "grâce", je ne parle pas de son acception religieuse, à laquelle trop de critiques ont voulu réduire ce film). Mais cette fois cela ne suffit pas, pas sur la durée totale du film en tout cas. Pour goûter la grâce malickienne à son plus mûr, revoyez plutôt La ligne rouge.

... un qu'est le film de l'année pour de vrai: Une séparation est un bijou, d'autant plus brillant qu'il a pris tout le monde par surprise, et c'est tant mieux.

... une star au style méchamment daté: Si je voulais dresser un parallèle entre mon bilan 2010 et celui-ci, je dirais que Faye Dunaway est un peu ma Zarah Leander de 2011. Dans Network (Lumet) comme dans Les yeux de Laura Mars (Kershner) l'actrice arbore un brushing impeccable et des chemisiers de satin (beige, à lavallière... beurk) en toutes circonstances, un spot dirigé vers ses yeux est chargé de les mettre en valeur (à bien y réfléchir je ne suis même pas sûre de l'avoir vue cligner des paupières une seule fois!) et ses pommettes semblent capables de couper du verre. Et son jeu? De grandes enjambées (chaussées de bottes de cuir couleur cognac.... beurk), des mouvements de cheveux, des mains qui fouettent l'air, une expression survoltée plaquée sur le visage. Et c'est tout.

... un réalisateur vraiment pas pour moi: J'avais essayé Possession il y a quelques années, dedans y'avait Adjani qui se roulait par terre en arrachant ses vêtements et qui franchissait le mur du son à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche, c'était pénible en diable (hu hu suis-je drôle). Cette année j'ai re-tenté l'aventure (je suis un brin kamikaze tout de même), j'ai vu L'important c'est de se torturer, heu je veux dire L'important c'est d'aimer. Dedans y'avait Romy Schneider qui se laissait humilier face à un Jacques Dutronc passif-agressif et à un Fabio Testi passif-pigeon, c'était pénible aussi. Zulawski, c'est décidé, j'arrête.

... des vaccins contre la pandémie de connerie: J'aimerais envoyer le DVD du Nom des gens à Hortefeux (Brice), Guéant (Claude) et Le Pen (le père, la fille et les simples-d'esprit, amen), ainsi qu'à tous ceux qui croient que tout ce qui n'est pas français est par essence louche et malhonnête. Emportée par un immense élan de bonté, j'offrirais aussi We are four lions (les tribulations d'apprentis-djihadistes anglais résolument bras-cassés, jusqu'au bout de leur bêtise crasse) à George W. Bush, Tony Blair, et à tous ceux qui ont essayé de nous "vendre" à toutes forces ces fichues armes de destruction massive, et qui ont jeté le soupçon sur tous les musulmans du monde au passage. Enfin, je balancerais Mes meilleures amies dans la tronche des tous les pseudo-féministes (des trois sexes) et aux groupies de Ségolène Royal, à tous ceux qui pensent que les femmes font tout mieux et plus intelligemment parce que ce sont des femmes. Accrochez-vous bien: c'est faux, elles peuvent être aussi cloches et vulgaires et pas drôles et conformistes que les mecs, ce film en est la preuve.


2 commentaires:

Abronsius a dit…

Qunad je lis ce que je lis et que tu vois ce que tu vois : 18 billets en 2011.
Je dis : scandale !!
Tu pourrais nous faire profiter de ta plume (de tes poils)... plus souvent.
Belle et heureuse année au couple de bestiaux les plus cinéphiles que je connaisse !

Jack Sullivan a dit…

Rhôôôô je me suis jamais faite gronder d'une manière aussi gentille, j'en ai la fourrure qui ondule de félicité! Merci monsieur Abronsius! Ma moitié à écailles se joint à moi pour te souhaiter une fabuleuse année 2012.

C'est vrai qu'en 2011 j'ai été en-dessous de tout pour ce qui est d'alimenter mon blog. J'ai toujours écrit avec facilité, et l'inspiration est rarement un problème pour moi. Mais 2011 a été une année de gestion de crise professionnelle de bout en bout, et cette tension a empiété sur tout le reste (créature sensible que je suis, mine de rien). C'est d'autant plus idiot de ma part que d'écrire plus régulièrement m'aurait probablement fait du bien, mais on ne se refait pas si facilement!....
Maintenant que l'orage s'éloigne, promis en 2012 je gratte sur tout ce qui bouge!